SIEL 2017, l’Afrique à l’honneur


Est-ce que un salon du livre peut en cacher un autre? Non ! le SIEL,Salon International du Livre version 2017 invite cette année l’Afrique. Les visiteurs auront l’occasion de profiter d’une programmation à majeure partie consacrée aux écrivains africains et aux productions littéraires africaines ô combien diverses, plurielles et intellectuelles. Dans cette plus grande bibliothèque du livre, Le SIEL recevra comme invités d’honneur 11 pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale, CEEAC.

Avec le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, et la dynamisation des relations avec le continent africain, le livre et la culture, peuvent être des vecteurs de connaissances, d’éducation, de valeurs, de paix, de compréhension, de rencontre et d’échange entre les peuples de la planète. Le SIEL souhaite mettre en valeurs le talent des auteurs nationaux mais aussi internationaux durant cet événement.
S’étalant sur une superficie de 20.000 mètres carrés, le salon du livre c’est ,dix jours de festivités, avec la participation de 54 pays, 702 exposants, dont 353 directs et 349 indirects, un programme culturel riche et varié , animé par des chercheurs, des écrivains et des poètes. Le SIEL c’est aussi des conférences, des dédicaces, des expositions, des soirées poésie, des débats, des contes, des ateliers pour enfants…
Tous les genres pour tous les goûts
Au cours de cette édition 350.000 visiteurs sont attendus ,100.000 titres seront mis à leur disposition. Ce fonds documentaire, extrêmement varié, couvre divers domaines. Littérature, sciences sociales et humaines, livre pour enfants, philosophie, religion, langues, et le reste se répartissant entre les livres d’économie, d’art, de sciences exactes, d’histoire et de géographie.
Le public pourra rencontrer et discuter avec les auteurs présents sur les stands, partager leur goût de la littérature créateurs, éditeurs et acteurs de livre et de l’édition seront également présents.
Toutes les conférences sont gratuites et le public est convié à échanger avec 307 intervenants dont 225 Marocains et 82 étrangers, qui jongleront entre quatre langues ,l’arabe, le français, l’ anglais et autres.
Prix International « Ibn Batuta »
Cette 2″ème édition verra la remise du Prix International « Ibn Batuta » 2016, une occasion de célébrer et récompenser les écrivains et auteurs marocains de la littéraire de voyage. La plate-forme « Hub des droits » auquel ont pris part des éditeurs et des agents littéraires de 17 pays sera de nouveau reconduite. La mise en place de cette plate-forme se veut un espace d’échange de droits d’auteurs et de traduction. Ouverte aux professionnels du livre et de l’édition en mode B to B, son objectif est favoriser le rayonnement du livre à l l’international.

photo (18)
Invité exceptionnel des organisateurs de la conférence de presse à Rabat, Son Excellence Mr l’Ambassadeur du Gabon saluera le retour du Maroc à l’UA et se félicita des bonnes relations maroco gabonaise » Les relations entre pays ne peuvent se faire uniquement que par l’économie mais aussi par la promotion de la littérature et de la créativité intellectuelle. La présence d’autant d’auteurs et écrivains des pays africains pour l’édition 2017 est une preuve de très bonne collaboration, d’évolution et de croissance des liens entre le Maroc et ses frères amis africains» notera Son Excellence Mr l’Ambassadeur du Gabon au Maroc mais qui se veut aussi être Ambassadeur du Maroc au Gabon.
Le CEEAC et ses femmes à l’honneur!
En honneur aux pays invités de cette édition, un programme culturel proposant des activités spécifiques aux pays africains leur est dédié dont entre autre une rencontre sur « L’apport des femmes écrivaines aux pays de la CEEAC ». Amale Djaili du Cameroun, Nicole Ingabire du Rwanda, Olinda Beja du Sao Tome et Principe et Clarisse N Remadje du Tchad animeront cette rencontre ». Par leur style, le geste textuel autant que par l’envergure de leurs oeuvres, les écritures féminines dans les pays membres des CEEAC, se situent à l’intérieur des courants littéraires et culturels à l’oeuvre dans ces pays. Dès lors, il est admis d ‘essayer de réfléchir sur l’apport des écrivains d’Afrique Centrale au développement culturel du Continent africain et de ses peuples. »
Khira Arab
Tags : SIEL, Salon du livre, Casablanca, Afrique, CECA, écritures féminines, actuElles.ma

Auteur: actuelle

Partagez ce post sur