Chams Al-Achia, un après-midi en Andalousie

Chams Al-Achia, un après-midi en Andalousie

Nabyla Maan sort « Chams Al-Achia », sa toute dernière chanson qui annonce le lancement de son 4ème album, « Dalalû Al-Andalûs ». L’artiste se produira le 12 mars 2017 au Teatros Del Canal à Madrid, à l’occasion du 10ème  anniversaire Casa Arabe de Madrid.

 

Dès les premières notes, le ton est annoncé et cet air traditionnel est enveloppé d’harmonies jazzy. La voix cristalline de Nabyla Maan évolue dans ce juste milieu de douceur du Tarab Andaloussi et volupté du jazz. Résultat : une version aérienne de « Chams Al-Achia » qui nous transporte dans un univers plutôt moderne, tout en gardant l’air de base et le sens des paroles.
A travers ce nouveau titre, la jeune chanteuse continue sur sa lancée, offrant du renouveau aux musiques traditionnelles marocaines. Une démarche souvent qualifiée d’audacieuse mais toujours acclamée par un public éclectique au Maroc comme à l’étranger.

Pour cette chanson en particulier, cette figure emblématique de la nouvelle scène marocaine s’est, encore une fois, tournée vers son mentor de toujours, Mohamed Briouel dont elle a puisé la maîtrise du chant de ce genre musical d’habitude réservé aux voix masculines. Elle a aussi pu compter sur la virtuosité de Nor Eddine Bahha, spécialiste de jazz et auteur de l’ouvrage « Jazzology » sur la théorie de l’harmonie dans le jazz, accompagné de Tarik Hilal et du reste de l’équipe.
Le clip, quant à lui, est une traduction d’un grand esthétisme du texte de la chanson. Réalisation signée Ismail Zahri, elle met en scène Nabyla Maan dans une « Glissa » conviviale avec son groupe. Il s’agit, en somme, d’une communion enjouée avec un soleil qui offre un infini dégradé de lumières avant de se coucher, laissant derrière lui, tout un pan de notre art de vivre que Nabyla Maan n’a de cesse de remettre au goût du jour depuis ses premiers albums.
Enfin, « Chams Al-Achia » est aussi un prélude haut en couleurs à un 4ème album que l’artiste, entourée de son équipe, prépare depuis trois ans, à coup de recherches et d’expérimentations, en côtoyant les grands spécialistes du Tarab Andaloussi, du Tarab Gharnati et du Melhoune. « Dalalû Al-Andalûs », comme son nom l’indique, promet de belles envolées lyriques. Sa sortie est prévue pour mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *