Nabila Benomar : « les femmes obtiennent rarement les responsabilités politiques méritées »

Nabila Benomar : « les femmes obtiennent rarement les responsabilités politiques méritées »

Ancienne députée, actuellement membre du secrétariat du Conseil National du parti Authenticité et Modernité (PAM)  Nabila Benomar est conseillère à la commune de Meknès. Invitée par l’association Jossour-Forum des Femmes Marocaines et la Fondation Friedrich Ebert, lors de la rencontre de Tanger sur la représentation politique des femmes au Maroc, Nabila a parlé  de son expérience lors des législatives sans fard, ni langue de bois.

Actuelles: Lors de votre intervention durant cette table ronde, vous sembliez pessimiste quand à une représentativité politique effective et réelle de la femme ?

Nabila Benomar : Effectivement, la représentativité politique de la femme reste faible et ne répond pas aux aspirations des femmes marocaines et de l’esprit de la Constitution qui a été claire sur l’égalité homme-femme, ainsi que la parité de laquelle nous restons encore loin. Les lois électorales votées après la nouvelle Constitution n’ont pas tenu compte de l’augmentation de la participation politique des femmes en utilisant des mécanismes nouveaux. Les amendements présentés par certains partis allant dans ce sens ont été refusés par le gouvernement et votés négativement par les partis de l’ancienne majorité.
Au parlement lors des attributions des responsabilités, les femmes sont laissées à l’écart malgré la compétence et l’assiduité de la majorité d’entre elles. On oublie de leur accorder des responsabilités, parfois dans le non respect du règlement interne de la Chambre des Représentants. La situation dans les conseils communaux, provinciaux et régionaux n’est pas différente.

Actuelles : Selon vous, dans notre contexte politique et social, les femmes doivent-elles faire la politique comme les hommes ?

Nabila Benomar : il n’y a pas de politique pour hommes et politique pour femmes. Parfois les femmes sont meilleures en politique. Depuis l’indépendance, le Maroc a eu des ministres hommes avec un niveau instructif très très modeste. Mais dès qu’il s’agit des femmes on commence à parler « des compétences ».

Actuelles : Le chef du gouvernement M. El Othmani a dévoilé son programme, avec très peu de promesses concernant  la question de la femme. Pour vous y-a-t-il de la lumière au bout du tunnel?

Nabila Benomar : Parmi les peu de promesses concernant les femmes dans le programme gouvernemental, on retient la révision de l’APALD et la révision des lois pour leur conformité avec les conventions internationales. Personnellement, je reste très sceptique sur ces points, vu que le parti que préside le gouvernement et que la ministre qui s’occupe du secteur sont les mêmes, que va-t-il changer? En plus l’image que le chef du gouvernement nous a transmise lors de la nomination des ministres, est celle des hommes devant et les femmes derrière. Ce n’est pas un hasard, mais au contraire, c’est très significatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *