Abdellatif Habib expose ses “Fragments de vie”

Abdellatif Habib expose ses “Fragments de vie”

La Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger organise l’exposition « Fragments de vie » de l’artiste marocain résidant en France Abdelatif Habib. Du 25 novembre au 26 décembre 2021, l’Espace Rivages  présente l’exposition d’un artiste marocain résidant à l’étranger attaché à la nécessité du partage et de l’échange.

Abdelatif Habib est un artiste protéiforme qui aime investir plusieurs modes de création notamment la peinture, la calligraphie, l’installation, les performances artistiques et la poésie. « L’ensemble de mes  œuvres ne sont que des fragments d’objets, de matières et de couleurs multiples. Chaque œuvre, chaque fragment témoigne d’un instant de vie et instaure une trame de mémoire » explique Abdelatif qui vit et travaille en France. « J’ai d’abord commencé par des études d’arts appliqués à Marrakech. J’ai poursuivi par une année où j’ai étudié l’architecture d’intérieur à Tournai en Belgique, puis des études aux Beaux-Arts de Tourcoing en France (peinture, photographie et gravure…), les arts graphiques à Cambrai (communication visuelle et design industriel) et j’ai opté  pour la calligraphie, la peinture, la poésie, les installations et la littérature. Je me suis aussi intéressé à la vidéo ».

Particulièrement satisfait de son parcours, Abdellatif mène actuellement vers la philosophie, comme voie de recherche et de questionnements.

Ces œuvres ont-elles une orientation vers l’art textile ou l’art contemporain « il n’en est rien ! Pour moi, tout est contemporain. On ne peut appréhender mon travail que dans sa totalité et non dans sa fragmentation, quelques soient les médiums, les techniques et les moyens d’expression utilisés » explique l’artiste.

Et cette cohabitation harmonieuse entre le tissu et la couleur dans les œuvres de l’artiste ? « Grâce à la lumière, la matière, la couleur et la forme cohabitent dans une interdépendance toute objective. Intégrer l’un de ces éléments dans un espace plastique c’est intégrer l’autre et cela nécessite de faire dialoguer l’ensemble des éléments de la composition et de faire des ajustements techniques répondant aux exigences artistiques. Mais le plus important dans cette démarche est la transformation radicale de l’objet lui-même, de sa couleur, de sa représentation et de sa fonction première en valeurs plastiques » explique Habib.  

Ces traces vous maintiendront !

 Pour Abdelatif Habib si vous ne maintenez pas les traces de votre Marocanité, ces traces vous maintiendront. « Nul ne peut dissimuler ses traces. Si l’on considère l’art comme une activité tribale donc réservée à un petit groupe, une activité limitée et limitative, ce fait s’exprimera toujours comme un acte artisanal à portée locale. L’art ne peut-être qu’universel quand il porte en lui la notion d’expression, la notion d’échange, de partage et de créativité ».

Exposer à l’espace Rivages représente pour notre artiste une étape importante dans la continuité d’un mode de vie rempli d’échange, d’expériences artistiques et de créativité qui s’étalent dans le temps et dans l’espace. « Elle représente une occasion de rapprochement avec tous ceux qui sont privés de mobilité et de moyens pour accéder à l’art et à la culture dans le monde. Elle représente aussi, l’occasion d’échanger et de créer des liens et des va-et-vient entre dedans et dehors, ici et ailleurs », confie Abdellatif .

Lire aussi : Najib Cherradi, l’artiste qui respire le Maroc même en étant loin
Lire aussi : Hamid Bouhioui, l’artiste au pinceau  féminin 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *