Déprime saisonnière : adoptez les bons réflexes !

Déprime saisonnière : adoptez les bons réflexes !

Humeur dépressive, fatigue chronique, baisse de la libido, besoin irrépressible de plonger dans les bras de Morphée, réveils difficiles, crises de boulimie… Ne cherchez plus. Ce sont là quelques-uns des signes  de la déprime saisonnière. Et voilà ce que vous pouvez faire.

Certaines personnes sont sensibles au changement climatique, et l’automne les plonge dans un état quasi-dépressif. La morosité du temps déteint sur leur moral. Voici les réflexes à adopter. Au niveau de la nourriture, privilégiez les pommes de terre, les épinards, les lentilles et autres légumes secs riches en vitamines B, permettant de faire de belles réserves d’énergie, tout en fournissant les protéines nécessaires au bon fonctionnement du cerveau. Côté épices, misez sur le safran, tonifiant qui calme les douleurs gastriques et le gingembre, tout aussi tonifiant et stimulant, qui combat en même temps la fatigue et renforce le système immunitaire.
N’oubliez pas la gelée royale qui est riche en vitamines (A, B, C, D et E), des minéraux (cuivre, phosphore, fer), de nombreux acides aminés et acides gras essentiels.

Bougez zen

On n’oublie pas le sport. Misez sur la gym instinctive qui permet de bouger tout en restant zen. Le matin au réveil, étirez-vous. Cela permet d’assouplir les articulations et de vous maintenir en forme. Faites-vous aussi du bien par le biais de quelques exercices faciles et rapides avec le Do-in, une technique d’auto-massage à mi- chemin entre le shiatsu et l’acupuncture. Par exemple, pressez le creux qui se trouve au pli du poignet puis effectuez des petits mouvements circulaires pendant une minute. Effet garanti. Et puis, la marche en plein air est excellente pour rebooster le moral.

Misez sur la lumière

La luminothérapie permet également de compenser des carences de luminosité, en s’exposant quotidiennement à une lumière blanche, dite « à large spectre ». Proche de la lumière du soleil, elle permet ainsi de traiter les troubles associés aux dérèglements de l’horloge biologique interne, comme c’est le cas lors de dépression saisonnière où le manque de luminosité influerait sur notre état mental.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *