Discrimination à l’égard des femmes, le Maroc doit mieux faire !

Discrimination à l’égard des femmes, le Maroc doit mieux faire !

Le CEDAW, Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes à publié ses observations finales sur les rapports périodiques du Maroc sur les droits des femmes .Bien que Le Maroc est félicité pour nombre de mesures prises en faveur des droits des femmes, il se voit recommander d’accélérer la mise en œuvre de l’égalité dans tous les domaines.

A l’issue de cet examen ,une liste des mesures et de recommandations émises par le comité des Nations-Unies à prendre par le gouvernement en vue de modifier ou d’abroger toutes les lois discriminatoires à l’égard des femmes. Le Comité signale principalement la réticence des femmes à porter plainte pour harcèlement sexuel ou autres violences sexuelles de peur d’être accusées elles-mêmes, selon l’article 490 du Code pénal qui criminalise les relations sexuelles hors mariage. Le Comité relève aussi la prévalence élevée des mariages d’enfants et des mariages forcés et le fait que, dans la législation actuelle, il n’existe pas d’âge minimum légal en dessous duquel un mariage ne peut être approuvé par l’autorité judiciaire.

Lire aussi : https://actuelles.ma/mra-la-violence-faite-aux-femmes-demeure-un-probleme-denvergure-au-maroc/


Reconnaître les droits des mères célibataires

Par ailleurs, le CEDAW appelle à résoudre la problématique des mères célibataires qui ont beaucoup de mal à faire valoir leurs droits et celle de l’illégalité des avortements qui poussent les femmes et les filles à continuer à se faire avorter clandestinement, mettant ainsi leur santé et leur vie en danger. Le Comité recommande, entre autres, de modifier l’article 453 du Code pénal pour dépénaliser l’avortement lorsqu’il est nécessaire pour protéger la santé physique ou mentale de la femme et d’abroger l’article 20 du Code de la famille afin que les exceptions à l’âge minimum du mariage ne soient plus autorisées.
Il appelle également à reconnaître le droit des mères célibataires à faire valoir leurs droits et ceux de leurs enfants sans crainte d’aucune forme de poursuite et de stigmatisation

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *