Fiction : “mettons fin aux clichés réducteurs”

Fiction : “mettons fin aux clichés réducteurs”

On le sait bien, les idées reçues sont dures à combattre. Dans la fiction nationale, les femmes sont souvent cantonnées à des rôles stéréotypés et réducteurs, femme objet, femme soumise, victime, femme au foyer, femme superficielle. 

Au comité de parité et veille relevant de la SNRT, on réglemente, on sensibilise puis on veille avec ses partenaires à véhiculer une image positive et respectueuse de la femme .Mais  avec toutes ces lois et réglementions peut-on encore créer sans pour autant toucher le droit d’expression et la liberté de création artistique?

C’est dans cette perspective que le Comité de parité et veille a organisé avec ses partenaires externes, une journée sous le thème « la fiction nationale comment casser un vieux schéma et mettre à mal quelques clichés ? « Cette journée  d’échange répond et concrétise la mission du Comité de parité et ses engagement énoncés dans la charte de parité qui consistent à ouvrir le débat et à collaborer avec tous les partenaires de la SNRT concernés par la consolidation de la culture de l’égalité et la parité homme -femme dans le but de véhiculer une image digne de la femme marocaine et de son évolution dans la société” explique Amina Gharib, cheville ouvrière et la coordinatrice du comité, cette institutions qui veille depuis sa création en 2017 à promouvoir la parité Homme-femme dans le domaine audiovisuel et qui s’engage à renforcer la vigilance à combattre les discriminations et les stéréotypes  fondés sur le genre diffusés à l’antenne.

Deux ateliers ont accompagné cette journée. Atelier diagnostic et bilan et atelier d’échange et recommandations où la SNRT a réuni ses partenaires, producteurs, réalisateurs, scénaristes, artistes, journalistes, sociologues. Sans langue de bois et en toute  liberté, toutes et tous  ont débattu et échangé  autour de la création tout en bannissant les vieux clichés, chose qui est tout à fait possible  de l’avis de l’ensemble des présents à cette rencontre. Puisque la liberté de création pour l’artiste  est un espace particulier large et libre mais  parce que dans la création il faut juste être intelligent, sans pour autant exclure la responsabilité de l’artiste ou du créateur, « Un mode d’emploi n’existe pas, il faut  se doter de valeurs humaines, de déontologie de respect de l’autre. L’artiste doit montrer son travail dans le respect de toutes les diversités.”

La série de recommandations rédigée qui a clôt la rencontre a rappelé que « Toutes et tous sont responsables pour réaliser ses objectifs, tout en résistant à la culture des stéréotypes. et travaillant  à ce  que la fiction joue le rôle de bannir ces représentations stéréotypées  déjà existantes mais aussi  de travailler à refléter les évolutions sociétales ,les orienter et anticiper de manière positive, et par ricochet valoriser  les femmes dans leur diversité, dans la sphère familiale et aussi de montrer les réalités sans pour autant généraliser ni caricaturer » .

Lire aussi : La SNRT adopte la Charte de la parité Homme-Femme

Lire aussi : Cinéma et parité : le changement est-il à portée de main?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *