La civilisation « Sijilmassa » exposée à Bank Al-Maghrib

La civilisation « Sijilmassa » exposée à Bank Al-Maghrib

L’exposition temporaire « Sijilmassa, Carrefour de civilisations et de commerce » est présentée au Musée Bank Al-Maghrib jusqu’au 30 mai 2022. Une riche sélection de précieux objets archéologiques et d’un ensemble de pièces de monnaies inédites, provenant des collections du Musée Bank Al-Maghrib sont exposés pour appréhender l’histoire riche de la ville de Sijilmassa.

« Cette exposition illustre le rôle financier que la ville de Sijilmassa a joué dans l’histoire du Maroc depuis sa fondation, au début de l’époque islamique, jusqu’à l’avènement de la dynastie alaouite »explique la note des organisateurs. Elle mettra la lumière sur cette légendaire cité dont l’atelier monétaire était l’un des plus dynamique à l’échelle du Maghrib al-Aqsâ et de l’Occident musulman durant toute la période médiévale. « La situation stratégique de la ville de Sijilmassa sur l’une des principales routes du commerce caravanier vers l’Afrique subsaharienne a sans doute favorisé une activité de frappe monétaire prospère soutenue de son atelier, resté opérationnel sous presque toutes les dynasties qui se sont succédé au pouvoir au Maroc » ajoute la note .

Le parcours de l’exposition

Déclinée en 3 axes, l’exposition invite les visiteurs à découvrir le passé glorieux de Sijilmassa et de mettre en exergue la cité ,Axe 1 , Sijilmassa, espace et potentialités naturelles.L’axe 2 , Sijilmassa : un atelier monétaire millénaire est illustrés par une riche sélection de précieuse objets archéologiques et d’un ensemble de pièces de monnaies inédites,

 Enfin en axe 3 : Sijilmassa : cité lettrée et spirituelle.La prépondérance du rôle économique et commercial de Sijilmassa a relégué au second plan la vie spirituelle et intellectuelle de cette dernière. Pourtant, le rôle de la ville a commencé depuis sa fondation sous les Midrarides. La doctrine kharijite soufrite y a trouvé un refuge et un centre de propagande. C’est par un prince midraride aussi que la ville s’inscrit pleinement dans le sunnisme malékite avant de subir les attaques des fatimides chiites. Mais le rite malékite a fini par s’imposer définitivement dans la ville avec les Almoravides. L’essor du sunnisme à Sijilmassa coïncide avec une remarquable émancipation et émulation spirituelle depuis l’époque médiévale jusqu’à l’époque alaouite.

Lire aussi :http://le-musee-de-bank-al-maghrib-expose-ses-tresorsvos-tresors

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *