Le Musée de Bank Al-Maghrib  expose “Ses trésors…Vos trésors”

Le Musée de Bank Al-Maghrib  expose “Ses trésors…Vos trésors”

10 ans après son ouverture, le Musée de Bank Al-Maghrib renouvelle son exposition artistique  permanente, l’occasion de faire  voyager le public à travers l’histoire artistique du Royaume et de le faire vivre une immersion au cœur d’un patrimoine historique exceptionnel.

Les images de cette exposition  permettent de découvrir les différents aspects de la culture marocaine dans sa richesse et sa diversité sur un fond musical et des jeux de lumières extraordinaires. 

Dans la video de présentation, le Musée de Bank Al-Maghrib exposant  » ses trésors… vos trésors », trace un parcours artistique de quatre espaces. « Le premier est baptisé «L’art orientaliste» où l’exposition permanente donne un aperçu éloquent de ce qu’était le Royaume chérifien d’hier vu par les artistes orientalistes venus de différents pays de l’Occident. Le deuxième espace, «l’Art figuratif tous azimuts», présente les figuratifs marocains et les peintres autodidactes, dont le travail s’inscrit dans la réalité environnante comme dans la mémoire collective tout en tendant vers l’universalisme. «L’art marocain moderne», ce troisième espace révèle les pionniers de l’École de Tétouan et l’École de Casablanca qui, dès l’indépendance du Maroc, ont apporté un souffle nouveau à l’art marocain, en emboîtant le pas à la modernité. «L’art contemporain», dernier étage du musée, est consacré aux artistes contemporains marocains qui subordonnent dorénavant leur création à une vision de l’art placée à l’échelle du monde » note le communiqué du musée. 

Zoom sur quelques œuvres

Sous le pinceau de Ben Yessef (1945 ) « Fontaine et pigeon », c’est le Maroc du Nord qui surgit assorti aux soubresauts d’une mémoire restée fidèle à son vécu. Le réalisme si juste de l’artiste est considéré comme un engagement social pour des causes qu’il a toujours su défendre.

« L’Echoppe des Tailleurs » de Benjamin Constant. Dans cette oeuvre, l’artiste peintre s’attarde sur la quiétude régnant dans la ruelle où tous les personnages sont accoudés au mur en position presque couchée.Un garde armé est emporté par le sommeil . L’oeuvre montre aussi un tailleur travaillant en toute sérénité alors que son apprenti se tient derrière lui. Cette scène  paisible marque un contraste patent d un Orient souvent dépeint comme violent et guerrier.

Sous le pinceau de Marcelle Ackein (1882-1952) « Souk devant les remparts ». L’artiste introduit une façon moderne de peindre au Maroc, elle simplifie les formes et les géométrise. Marcelle Ackein opte pour des compositions relativement planes telles qu’elles furent introduites par Gauguin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *