Le Prix Monte-Carlo Femme de l’Année pour Aicha Ech-Chenna

Le Prix Monte-Carlo Femme de l’Année pour Aicha Ech-Chenna

Pour sa sixième édition, le prix Monte-Carlo, placé cette année sous le thème « Femmes pour les femmes » a consacré l’action militante de Aicha Ech-Chenna et son combat mené auprès des mères célibataires en lui octroyant le prix international Monte-Carlo Femme de l’Année.

 

Pendant près de 40 ans, Aicha Ech-Chenna a œuvré pour donner une vie digne et décente aux mères célibataires. Tout au long de cette période, cette femme courageuse et volontaire n’a jamais baissé les bras. Elle a réussi à redonner un foyer, un avenir et un but dans l’existence à toutes ces femmes qu’on pointait du doigt. Tout au long de ces longues années, Aïcha Ech-Chenna a su faire preuve de ce qu’elle sait si bien faire : le sens de l’écoute, du partage et du don.

La fabuleuse histoire de Aïcha Ech-Chenna a démarré en 1985, quand, jeune bénévole au sein de la Ligue de Protection de l’Enfance, de la Ligue de Lutte contre la Tuberculose et au planning familial, elle est émue jusqu’aux larmes par l’histoire d’une jeune mère célibataire obligée d’abandonner son bébé. « Elle lui donnait le sein à son bébé, et quand on est venu prendre le bébé, le lait a jailli, éclaboussant ses vêtements… Le bébé pleurait, et elle aussi pleurait… ». Aïcha Ech-Chenna n’a jamais oublié cette image douloureuse, elle qui vivait comblée, entourée de ses enfants. C’est ce qui la décidera à fonder, en 1985, l’association Solidarité Féminine pour venir en aide aux mères célibataires démunies.

Une action de longue haleine est dès lors menée pour prévenir l’abandon de l’enfant tout en oeuvrant à la réhabilitation socio-économique de la maman. Pour ce faire, l’association met en place une crèche pour accueillir les enfants, monte un projet de restaurant, un kiosque-épicerie à proximité d’un hôpital, un second restaurant, un hammam-spa, une boulangerie, d’autres boutiques… Autant de projets qui permettent aux femmes de s’assumer financièrement, tout en gardant et en veillant sur leurs enfants. Les actions de Aïcha Ech-Chenna ne s’arrêtent pas là puisqu’elle a milité, bien avant qu’on ose aborder ce sujet, pour que les géniteurs reconnaissent leurs enfants et que ces derniers puissent bénéficier d’un état civil qui ne les stigmatise pas.

Un long et tortueux chemin

Pour Aicha Ech-chenna, le chemin a été long et tortueux. Mais avec son verbe haut, ses intimes convictions et sa volonté de changer les mentalités et les conditions de vie des femmes célibataires, elle a réussi sa mission. En 1995, Solidarité féminine reçoit le prix des Droits de l’homme de la République Française à Paris. Et en 2009, Aïcha Ech-Chenna était lauréate du Prix Opus, l’équivalant du prix Nobel de l’humanisme, le Prix Donna dell’anno (Italie) et la Légion d’honneur de la République française au grade de chevalier.

Le dernier prix obtenu par Aïcha Ech-chenna est le Prix Monte-Carlo Femme de l’Année International. Ce prix, créé par Cinzia Sgambati-Colman, « journaliste, entrepreneur, mère et épouse qui a toujours essayé de maintenir l’équilibre parmi tous ses rôles » aspire, rappellent les organisateurs sur leur site à rendre hommage à  » ces femmes qui, en assumant un ou l’autre de ces rôles, sont parvenues à réaliser quelque chose de spécial qui a marqué leur vie ou celle des autres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *