« Les Lionnes de l’Atlas » marquent contre les stéréotypes sexistes!

« Les Lionnes de l’Atlas » marquent contre les stéréotypes sexistes!

Filles et garçons tous égaux ,l’égalité ça s’apprend, le principe d’égalité entre hommes et femmes au Maroc est institué dans la constitution de 2011 au niveau de l’article 19 : L’homme et la femme jouissent, à égalité, des droits et libertés à caractère civil, politique, économique, social, culturel et environnemental…mais ne dit -on pas toujours que les stéréotypes ont la peau dure…

Cependant « Nos joueuses marquent…contre les stéréotypes sexistes ! ».C’est dans un texte subtilement signé par l’ADFM, Association Démocratique des Femmes du Maroc ,en hommage aux performants exploits réalisés par la jeune équipe féminine de foot « Les Lionnes de l’Atlas » à la Coupe d’Afrique des Nations . Cependant,grâce à des jeunes filles nommées Khadija, Hind, Assia, Imane, Fatima, Ghizlane, Hanane, Rosella, Ibtissam, Nisrine, Aziza…les stéréotypes ont pris, en un laps de temps, des coups successifs. Oui ,il existe encore beaucoup de préjugés sur certaines professions comme le sport….et il y a encore beaucoup de dialogues et de débats à mener pour les combattre.Voici en intégrale la note de l’ADFM.

Image@Google

Des poupées pour les filles, des ballons pour les garçons… « Images » très parlantes de la socialisation sexiste des enfants, tous vecteurs confondus, dès leur jeune âge.À l’école, à part quelques rares exceptions, les centres d’intérêt des enfants en termes d’activités de loisirs y compris sportives, réelles ou à travers les « modèles » véhiculés par les contenus, demeurent largement marqués en fonction de leur sexe.  À la télévision, le foot est une affaire d’hommes, et les nouvelles sportives sont presque exclusivement masculines en nombre, durée et temps de parole.

Elles jouent « comme des hommes »!

Il a fallu que « les Lionnes de l’Atlas » aient cette percée historique à dimension nationale et portée internationale pour que « nos filles » sportives et footballeuses à la fois suscitent d’un seul coup autant d’encouragements et de reconnaissance. Même si pour certains, ces dernières jouent « comme des hommes » -façon inconsciente de valoriser leurs performances- …les stéréotypes ont pris, en un laps de temps, des coups successifs, et ce, grâce à des jeunes filles nommées Khadija, Hind, Assia, Imane, Fatima, Ghizlane, Hanane, Rosella, Ibtissam, Nisrine, Aziza…

Image @Google

Bravo « les filles » !

C’est par leur motivation, leur intelligence individuelle et collective, leurs efforts et persévérance que ces jeunes joueuses bien de chez-nous, ont  vaincu des résistances patriarcales à leur ambition tout en parcourant des étapes de haute compétition et gagné, avec brio, une de nos batailles à toutes et à tous, à savoir celle de reconnaître que les femmes et les hommes sont égaux en dignité et en droits indépendamment de leur sexe biologique. Tout en félicitant les lionnes, l’ADFM qui les a suivies, soutenu et ovationné en direct…rappelle que cette bataille/opportunité inédite n’est qu’un jalon, tant les préjugés discriminatoires sont ancrés et reproduits à grande échelle et limitent, de ce fait, l’émancipation de millions de femmes et de filles ainsi que le progrès social.

L’égalité est l’affaire de toutes et tous!


Notre regard se dirige vers l’ensemble des titulaires d’obligations en matière de mise en œuvre du droit des femmes à la non-discrimination, pour être nées femmes, afin d’assumer leurs responsabilités constitutionnelles. Il cible, dans le contexte de concertation en cours, le Ministère de l’Education Nationale, du Préscolaire et des Sports dont le rôle stratégique de promotion de la culture de l’égalité à travers l’école et le sport est indéniable.
Lire aussi : https://actuelles.ma/lionnes-de-latlas-ecoutez-les-rugir-un-film-sur-les-footballeuses-marocaines/

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *