#MazalTefla, #C’est encore une fillette

#MazalTefla, #C’est encore une fillette

La campagne digitale  #MazalTefla vise à la sensibilisation contre le mariage des filles mineures. Lancée dans le cadre des 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences basées sur le genre, la campagne est une initiative des  associations Droits & Justice et Les Citoyens. 

La campagne comportera du contenu multimédia qui sera déployé progressivement dans les jours à venir et qui mettra en lumière des témoignages de victimes et d’experts, et surtout une capsule qui présentera des éléments inédits sur la situation réelle du mariage des fillettes au Maroc.

Ce contenu sera largement diffusé dans les médias classiques et les réseaux sociaux, et a pour objectif d’être relayé par les partenaires, les médias, les influenceurs et le grand public afin de contribuer à mettre fin à cette pratique « La campagne vise à renforcer le plaidoyer et l’engagement des deux associations contre ce fléau de société qui continue, malgré l’adhésion du Maroc aux conventions internationales en matière de protection de l’enfance, à autoriser 80% des demandes de mariage de mineures, portant le nombre de fillettes mariées avant l’âge de 18 ans à 26 000 en 2019 » expliquent les organisateurs.

Par cette campagne, les associations souhaitent également interpeller les pouvoirs publics pour la suppression des articles 20, 21 et 22 du Code de la Famille et l’harmonisation de la législation nationale avec la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Comme l’union fait la force les deux associations, Droits & Justice et Les Citoyens ajoutent «  La campagne aspire ainsi à sensibiliser le public sur les dangers de cette pratique qui s’oppose à l’intérêt supérieur de l’enfant et renforce les violences et les discriminations faites aux filles et aux femmes, en faisant appel à des témoignages de victimes et d’expert.e.s, et en mettant en lumière l’état des lieux et les chiffres clés autour du mariage des fillettes ».

Lire aussi : Stop aux mariages des mineures
Lire aussi : “Dounia” contre le mariage des fillettes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *