Najib Cherradi, l’artiste qui respire le Maroc même en étant loin

Najib Cherradi, l’artiste qui respire le Maroc même en étant loin

Programmée du 14 octobre au 15 novembre 2021 à l’Espace Rivages, et organisée par la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger, l’exposition “Fréquences du Non –Lieu” de l’artiste maroco-néerlandais Najib Cherradi présente les œuvres récentes d’un artiste marocain vivant à l’étranger, qui est toujours prêt à renouer le contact avec l’œil du public marocain et avec le milieu culturel marocain.

Artiste multidisciplinaire, Najib Cherradi est chanteur, compositeur, artiste plasticien et performeur. Il a été formé en arts plastiques en France puis aux Pays-Bas où il réside actuellement. « Ses créations captent par leur dynamisme, par ce mouvement tantôt horizontal et tantôt vertical et qui suggère   spiritualité et profondeur. Son travail artistique est un cheminement où la recherche est permanente : il diversifie les techniques, les matériaux et les couleurs… ».

Sur le pourquoi le choix du titre « Les fréquences du Non-Lieu » , l’artiste explique «  ce titre est composé de deux parties ,d’abord fréquences et là je parle de la fréquence de la respiration, du mouvement, du rythme et du renouvèlement. Il y a une autre idée qui me semble intéressante dans la fréquence ce sont les vibrations sonores qui engendrent en elles l’imprévu qui rappelle la vie et ses facettes. La deuxième partie c’est le non -lieu, c’est le lieu intérieur, du non pensé, du non-dit, l’absence qui se trouve entre l’être et le non être. Sentir ce non-lieu c’est sentir ce contact distant. La sensation commence du vide et se termine quand elle atteint le vide. Le non- lieu est pour moi un lieu de rêve situé entre l’absence et le vide ».

 Vers le Non-Lieu

Sur ces merveilleuses toiles, « Résonance » « nébuleuse »,« Ondulation I »,« Ondulation V », «L’Inattendu », « Alternance », « Oscillation du silence », « Variations rythmiques », « Imprévu », « Innattendu V », « Pli sur pli » ,l’artiste explore diverses techniques et utilise multiples matériaux, papier japonais , contreplaqué , juxtaposition des couleurs ,mouvement vertical, horizontal, mouvement circulaire, spirale … dynamisme et expression des émotions , l’artiste explique «Ce n’est pas uniquement l’expression des émotions qui est à l’origine de ces choix ce sont des processus qui dépendent aussi des moments de la création. L’artiste est en contact permanent avec son environnement ce qui influence sa perception. Il ne se s’agit pas d’opter pour une palette et de l’adopter pour toujours mais il y a le côté psychique, l’inconscient…beaucoup de facteurs complexes sont à prendre en considération et qui sont surchargés de beaucoup d’émotion. Difficile de les déterminer, je laisse libre cours à plusieurs possibilités, je cherche des ouvertures, je cherche « al baten » : le fond, selon les termes des  soufis ».

« Au Maroc, je suis dans mon pays »

Pour Najib exposer à l’Espace Rivages est une belle occasion, « C’est extraordinaire d’être au Maroc. L’Espace rivages me donne cette possibilité, je suis très reconnaissant. Ceci me permettra de renouer le contact avec l’œil du public marocain et avec le milieu culturel marocain.Je suis toujours prêt à partager avec ce public ma façon de sentir, d’expérimenter et de créer c’est ce qui m’intéresse. Au Maroc, je suis dans mon pays.  Je vis à l’étranger mais je respire le Maroc même en étant loin.  Je renoue et je suis là, je participe à la vie artistique du Maroc avec les autres artistes marocains. Je remercie l’Espace Rivages et son équipe qui ont travaillé énormément pour me permettre cette occasion ».

Lire aussi : Hassan Kouhen expose à Rivages
Lire aussi : Hamid Bouhioui, l’artiste au pinceau  féminin 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *