Rabat :Séminaire sur femmes migrantes marocaines

Rabat :Séminaire sur femmes migrantes marocaines

Le CCME  a publié une étude intitulée : « Migrantes marocaines : trajectoires, itinéraires et modes d’insertion », rédigée par Fatima Ait Ben Lmadani. Cette étude a fait l’objet  d’un séminaire scientifique qui s’est tenu au siège du Conseil à Rabat et qui a réuni des spécialistes des migrations féminines en provenance du Maroc, de France, de Belgique et du Royaume-Uni .

Parmi les spécialistes présentes au séminaire,Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS (Université d’Angers), Myriam Cherti, Associate Fellow, (University of Sussex, School of Global Studies), Nasima Moujoud, anthropologue, maître de conférences (Université de Grenoble), Noria Ouali, sociologue, professeur (Université libre de Bruxelles), Fatima Ait Ben Lmadani, sociologue, (Université Mohammed V- Rabat). M. Driss El Yazami, président du CCME a précisé que «  Cette publication est la première d’une série intitulée les notes du Conseil, que nous avons voulu à la fois rigoureuses, puisque basées sur les travaux scientifiques les plus récents, et faciles d’accès, permettant en une quarantaine de pages environ de faire le point sur telle ou telle thématique ».

Photo du séminaire organisé ce matin par le CCME

L’étude synthétique inédite sous le titre « Migrantes marocaines : trajectoires, itinéraires et modes d’insertion », rédigée par la sociologue et spécialiste des migrations, Fatima Ait Ben Lmadani est basée sur les principales études scientifiques sur les migrations des femmes marocaines et les travaux propres de l’auteure (qui a publié en 2018 un ouvrage intitulé : la vieillesse illégitime ? Migrantes marocaines ou les chemins sinueux de la reconnaissance), cette nouvelle publication restitue les étapes historiques de ces migrations, en mettant en exergue plusieurs points aveugles et phénomènes occultés comme l’émigration, dès les années soixante, de femmes seules.

Lire aussi :https://actuelles.ma/chadia-arab-tournee-maroc/

La synthèse procède par ailleurs à une analyse des mutations les plus récentes de ces migrations (regroupement familial, entrée dans la vie active, migrations saisonnières, mondialisation des destinations, etc.), en mettant en lumière les discriminations et préjugés dont souffrent ces migrantes. Après une analyse des politiques publiques menées à l’égard des femmes migrantes, Ait Ben Lmadani fait plusieurs propositions, dont la préservation de la mémoire des femmes migrantes, le développement de la recherche académique et une action plus résolue en vue de la défense de leurs droits.

Lire aussi : https://actuelles.ma/marche-saisonnieres-fruits-rouges/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *