“Oliver Black” de Tawfik Baba en compétition au Fespaco

“Oliver Black” de Tawfik Baba en compétition au Fespaco

Reportée puis annulée en 2020 à cause de la pandémie, la 27e édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, FESPACO se tiendra du 16 au 23 octobre 2021. Trois films marocains sont en compétition pour briguer l’Étalon de Yennenga.

Principal rendez-vous du cinéma en Afrique, cette  nouvelle édition aura pour thème « Cinémas d’Afrique et de la diaspora : nouveaux regards, nouveaux défis .Le Sénégal est le pays invité d’honneur de cette biennale . Pour le comité organisateur « Plus de 900 films provenant de 28 pays, ont été enregistrés dont 71 films pour le Burkina Faso. Malgré le contexte sécuritaire et sanitaire, nous tenons à réussir ce rendez-vous avec le maintien de toutes les activités prévues, comme le très couru marché du cinéma et de la télévision, les rencontres professionnelles, les projections dans les salles ouvertes au grand public. Cette édition est un défi que le continent continue à créer, à rêver, à pouvoir résister à tous les maux qui minent nos sociétés ».

À la conquête d’un autre Yennenga !

Trois genres cinématographiques en provenance du Maroc vont concourir pour l’étalon d’or.Le long-métrage, «Oliver Black», de Tawfik Baba ,le court-métrage «Aziya», de Karim Boukhari, et le documentaire «Dans la maison», de Karima Saidi.  D’autres  films marocains seront en parallèle à cette manifestation .Le film «Les femmes du Pavillon J» de Mohamed Nadif ainsi que «De quelques évènements sans significations», de Mostafa  Derkaoui .Dans la catégorie « Rétrospectives de films d’animation d’Afrique », le réalisateur Ismael Ferroukhi sera présent avec son film »Mica ».

L’ESAV de Marrakech en compétition !

25 Films des écoles africaines de cinema sont en compétition officielle dont deux  réalisés par des étudiants de l’Ecole Supérieure des Arts Visuels (ESAV) de Marrakech que le public de cette biennale pourra découvrir. Il s’agit de « De l’autre côté » une fiction signée Essonne Marie du Gabon et « ILA KIKO » (Marque tribale) une autre fiction du sénégalais Basse Abdoul Aziz .

Rappelons que le Fespaco qui a célébré son cinquantenaire en 2019, aucune femme n’a encore remporté  l’Etalon d’or du Yennenga sinon  des prix qui sont allés à des réalisatrices.Souhaitons donc une bonne chance et un Yennenga pour notre réalisatrice marocaine Karima Saidi et son film « Dans la maison ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *