Deux Marocains au Prix de la littérature arabe 2020

Deux Marocains au Prix de la littérature arabe 2020

La sélection 2020 de la 8e édition du Prix de la littérature arabe a été annoncée ce 3 septembre. Sept ouvrages ont été retenus et seront proposés au jury dont deux écrits par des auteurs  marocains. Il s’agit de « La langue maudite » de Madi Belem et « N’appelle pas, il n’y a personne » de Youssef Fadel.

Le Prix de la littérature arabe met à l’honneur la grande diversité de la littérature arabe, à travers les romans d’écrivains marocains, syrien, libanais, palestinien et soudanais.
Les sept ouvrages retenus et proposés au jury sont «  Mauvaises herbes » de la libanaise Dima Abdallah (Sabine Wespieser), « Les Jango » (traduit de l’arabe par Xavier Luffin) du soudanais Abdelaziz Baraka Sakin (Zulma), « La langue maudite » du marocain Madi Belem (Plon), » L’invité des Médicis » de la libanaise Carole Dagher (Philippe Rey), « N’appelle pas, il n’y a personne »(traduit de l’arabe par Philippe Vigreux) du marocain Youssef Fadel (Actes Sud), « Une baignoire dans le désert » du palestinien Jadd Hilal (Elyzad), et « Le dernier Syrien » du syrien Omar Youssef Souleimane (Flammarion).

Youssef Fadel

Le lauréat recevra un prix de 10000 euros. Le prix sera annoncé et remis à l’Institut du monde arabe à l’occasion d’une cérémonie qui se déroulera début novembre, en présence du président de l’institut, Jack Lang. En 2019, le Prix de la littérature arabe a été remis à Mohammed Abdelnabi (Égypte)  pour son roman « La Chambre de l’araignée » (Actes Sud / Sindbad). 

Des Marocains et un Prix !

Madi Belem est né  à Rabat. Son père, est Driss Belemih, professeur de linguistique arabe, spécialiste de la poésie préislamique, romancier et éditeur. C’est lui qui lui a donné le goût de l’art, du cinéma et de l’écriture.

Après avoir suivi les cours Florent, Madi Belem tourne dans un premier film, « Le Convoi », de Frédéric Schoendoerffer et dans la série « Baron Noir », sur Canal +. En 2018, il obtient le premier prix d’interprétation masculine au festival du cinéma d’Agadir. « La Langue maudite » est son premier roman.

Quel honneur ! Quel plaisir ! Quelle joie ! Mon roman La Langue Maudite fait partie de la sélection officielle de l'…

Publiée par Madi Belem sur Mercredi 2 septembre 2020

Né à Casablanca, Youssef Fadel est romancier, dramaturge, scénariste et metteur en scène. En 1974, la pièce collective « La Guerre » lui a valu huit mois de prison. Il est l ‘un des membres fondateurs du Théâtre Shem’s et a dirigé la revue littéraire Najma.

Outre ses pièces de théâtre et ses scénarios, Youssef est l’auteur d’une dizaine de romans. dont Haschich (Le Fennec, 2000 ; prix Atlas pour la meilleure fiction en langue arabe), Mitrou Mouhal (Le Fennec, 2006) et Zoo Story (Le Fennec, 2007). 

Lire aussi : Dima Abdellah primée pour « Mauvaises herbes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *