Les examens gynécologiques indispensables

Les examens gynécologiques indispensables

Simple contrôle ou démarche de dépistage de pathologies, l’examen gynécologique se pratique dès le début de l’activité sexuelle. Voilà ce qu’il faut savoir.

 

A différentes périodes de sa vie, une femme se rend chez le gynécologue. Cela peut se faire juste avant le mariage pour la prescription d’une contraception, au moment de la grossesse, pendant la ménopause, et aussi en cas de maladie. Le contrôle, en dehors de toute pathologie se doit  d’être régulier, au rythme d’un examen gynécologique par an. La consultation démarre par un entretien entre le médecin et la patiente, et ensuite c’est l’examen proprement dit : toucher vaginal, examen au spéculum, palpation des seins… Les deux premiers examens ont pour but de vérifier le bon état du vagin et de la vulve ainsi que l’état des organes génitaux non visibles, et notamment l’utérus. La palpation des seins a pour objectif de dépister toute anomalie pour une prise en charge précoce en cas de problème.  Le frottis vaginal peut aussi être effectué au cours de cet examen, de même que le médecin peut aussi vous prescrire un bilan sanguin à effectuer en laboratoire concernant la glycémie, le cholestérol et les triglycérides.

Dans le cabinet du praticien

 L’examen gynécologique peut se pratiquer bien avant le mariage. Ce passage est important, car la jeune femme peut avoir des réponses à toutes ses questions concernant sa vie intime, la contraception à utiliser au cas où elle ne désire pas une grossesse rapide. En cas d’intolérance à la contraception, l’examen gynécologique permettra, après l’interrogatoire, d’en changer. Un examen gynécologique peut alors être mené alors tous les ans.

 

Tout au long de l’examen, le praticien doit expliquer à la femme les différentes étapes de l’examen. Sachez aussi qu’au début de la vie sexuelle, le frottis est conseillé une fois tous les ans, et ensuite une fois tous les trois ans, au-delà de 25 ans. En cas de mauvais résultats, d’autres examens peuvent être prescrits. Il s’agira alors d’une colposcopie ou d’une biopsie pour confirmer ou infirmer l’affection.

Des examens à chaque âge

L’examen gynécologique est également conseillé en cas de saignements inhabituels, de brûlures en urinant, de cycles réguliers, etc. N’hésitez pas à consulter en cas de tout signe inhabituel. A la ménopause, le suivi gynécologique doit être poursuivi, même si la femme ne prend pas de traitement hormonal. En effet, c’est vers cet âge-là que les problèmes de santé les plus graves peuvent survenir, comme les cancers du sein et de l’utérus. Mais pas seulement. La diminution de la sécrétion d’oestrogènes induit fortement l’ostéoporose, de même qu’elle contribue aux accidents cardio-vasculaires. C’est la raison pour laquelle la femme, même sans traitement hormonal substitutif, se doit de consulter le gynécologue une fois par an. La mammographie de dépistage, en dehors d’antécédent familial, se doit d’être effectuée tous les deux ans, à partir de 45 ans. Mais cela n’empêche pas de faire soi-même la palpation des seins, et la consultation rapide en cas d’observation d’anomalies. Le frottis du col de l’utérus est également prescrit, et s’effectue tous les deux ans.


Aussi, si de nombreuses situations peuvent amener une femme à effectuer un examen gynécologique (renouvellement de la pilule, contrôle du stérilet, traitement de la stérilité ou suivi de la grossesse, traitement hormonal à la ménopause), il faut aussi consulter en cas de problèmes, par exemple la survenue de règles abondantes juste avant la ménopause, d’incontinence urinaire ou de nodule ou boule dans les seins, etc. La consultation gynécologique s’impose pour la prise en charge précoce de tous ces problèmes de santé. Sachez aussi que le suivi régulier est le garant d’une bonne hygiène intime et partant, d’une  vie sexuelle épanouie et d’une bonne santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *