L’UNFPA dresse le bilan de l’Opération SALAMA

L’UNFPA dresse le bilan de l’Opération SALAMA

Le Fonds des Nations Unies pour la Population, l’UNFPA clôture l’Opération SALAMA lancée le 31 mars. Cette opération a donné la priorité à la protection des populations les plus à risque parmi les femmes enceintes, professionnels de santé, en particulier les sages-femmes, femmes victimes et survivantes à la violence, migrants, détenus, personnes en situation de handicap, personnes âgées et adolescents et jeunes.

Conduite en appui à la réponse du gouvernement marocain au COVID-19 eten étroite collaboration avec les partenaires institutionnels et de la société civile, pour répondre aux besoins des populations les plus vulnérables en période de confinement, les interventions de terrain ont été opérées dans 275 centres de santé, maternités, centres de protection sociale, établissements pénitentiaires, centres de protections de l’enfance, foyers féminins et associations servicielles de plus de 90 localités urbaines et rurales du Royaume. Plusieurs campagnes virtuelles ont été conduites via différents médias avec l’ensemble des partenaires. Des spots télévisés, des capsules pour la radio, des infographies et vidéos de sensibilisation et de conseils pratiques pour les réseaux sociaux, une web radio et des compétitions artistiques ont touché plus de 16 millions de personnes, pour répondre aux besoins spécifiques des populations concernées.

Une veille téléphonique et des groupes pour l’accompagnement

Des “Salama Kits” pour la protection du COVID-19 ont également été mis à disposition de près de 8000 personnes en situation de vulnérabilité. Dans cette période de crise, la priorité a été accordée à la protection de la vie et de la santé des femmes et des nouveau-nés, en appuyant la continuité des services et soins de santé maternelle. Outre l’adaptation de la prise en charge des femmes enceintes et des nouveau-nés au contexte de crise, des sessions de formations à distance ont été conduites pour soutenir plus de 700 professionnels de santé, y compris les sages-femmes, en première ligne face au coronavirus.

D’un autre côté, et afin de garantir la continuité de l’appui et de l’accompagnement des femmes et des filles victimes de violence et leur accès aux soins essentiels et au soutien adaptés à leurs nouveaux besoins, la réponse du gouvernement a été appuyée et les capacités des organisations de la société civile ont été renforcées pour la mise en place d’une veille téléphonique et des groupes pour l’accompagnement à distance durant toute la période de confinement. 106 femmes et filles victimes de violences ont été prises en charge durant cette période. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *