Inclusion et éducation : Tous, sans exception !

Inclusion et éducation : Tous, sans exception !

Dans le rapport mondial sur l’éducation intitulé « Inclusion et éducation – Tous, sans exception », l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) relève que la pandémie du coronavirus, génératrice de perturbations sans précédent dans l’éducation, source de fractures sociale et numérique, pourrait aggraver encore davantage les disparités dans l’éducation dans le monde. 

Dans ce rapport mondial, l’organisation présidée par Audrey Azoulay, note que « la pandémie de COVID-19 a davantage révélé et accentué ces inégalités ainsi que la fragilité de nos sociétés. Plus que jamais, nous avons la responsabilité collective de soutenir les plus vulnérables et les plus défavorisés, en aidant à réduire les fractures sociétales persistantes qui menacent notre humanité commune ».

La Directrice générale de l’UNESCO souligne que même avant le COVID-19, l’exclusion totale de l’éducation touchait un enfant, adolescent ou jeune sur cinq. Des millions d’autres sont marginalisés au sein même de leur salle de classe à cause de la stigmatisation, des stéréotypes et de la discrimination. Elle met en garde « La crise actuelle va perpétuer ces différentes formes d’exclusion. Avec plus de 90 % de la population étudiante mondiale touchée par les fermetures d’écoles liées au COVID-19, le monde se trouve confronté à des perturbations sans précédent dans l’histoire de l’éducation ».

Les jeunes filles les plus touchées

Les fractures sociales et numériques exposent les plus défavorisés au risque de perdre leurs acquis et d’abandonner leurs études, avant d’ajouter que les expériences du passé – comme avec Ebola – ont montré que les crises sanitaires pouvaient laisser un grand nombre de personnes sur le bord du chemin, en particulier les filles les plus pauvres, dont beaucoup risquent de ne jamais retourner à l’école.  Face à ces défis, les messages du Rapport GEM 2020 sur l’inclusion dans l’éducation prennent une dimension encore plus importante. Le Rapport lance une mise en garde en soulignant que les possibilités d’éducation restent inégalement réparties. Trop d’apprenants demeurent privés d’une éducation de qualité, car les obstacles à surmonter sont encore trop hauts. 

Un appel à englober tous les apprenants !

Pour souligner que la principale recommandation du présent Rapport, qui appelle l’ensemble des acteurs de l’éducation à élargir leur conception de l’éducation inclusive en vue d’englober tous les apprenants, indépendamment de leur identité, de leur origine ou de leurs aptitudes, arrive à un moment opportun, à l’heure où le monde cherche à reconstruire des systèmes éducatifs plus inclusifs.

Pour rappel, le rapport mondial de suivi sur l’éducation 2020 de l’Unesco indique que dans le monde, près de 260 millions de jeunes n’avaient pas accès à l’éducation, soit 17% de ceux en âge d’être scolarisés. Et parmi les premiers exclus figurent les enfants défavorisés, les fillettes et jeunes filles, les enfants en situation de handicap, ceux issus de minorités ethniques ou linguistiques, les migrants, selon le Rapport.

Lire aussi : Michelle Obama plaide pour l’éducation des filles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *