Tous pour des Hammams verts

Tous pour des Hammams verts

Le Maroc compte près de 12 000 hammams. Et les Marocains adorent le hammam, ils y vont au moins une fois par semaine. Cependant les consommateurs  savent-ils que ces lieux publics et collectifs, partie de notre patrimoine culturel, ne cessent de s’accroitre et la demande en bois de feu ne cesse de croitre, accentuant ainsi le phénomène de la déforestation, de la dégradation des écosystèmes au Maroc ainsi que de la consommation énergétique?

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique, AMEE, tire la sonnette d’alarme  sur ce phénomène .La consommation totale en bois énergie représente 11,3 millions de tonnes par an  dont 6 millions de tonnes proviennent de la foret, soit 53%  de la consommation nationale. Pour informer et sensibiliser à ce phénomène l’AMEE a organisé à Rabat, en collaboration avec les propriétaires et exploitants des Hammams publics un atelier sous le thème  “Promotion des chaudières améliorées et utilisation des résidus bio massiques au niveau des systèmes de chauffage des hammams publics”. Cette rencontre a permis d’initier le débat et d’échanger sur les bonnes pratiques d’économie d’énergie et de bois de feu dans les hammams publics.

La biomasse salvatrice de nos forêts

Afin de palier à la pénurie de cette ressource naturelle, la recherche d’autres alternatives au bois de feu ainsi que   l’amélioration de l’efficacité énergétique des systèmes de chauffage ont été proposées « Avec l’adoption des  chaudières améliorées ou avec bruleur intégré, ces dispositions peuvent contribuer à augmenter le rendement de total à 40% . Quelques systèmes de chauffage à base de  bruleurs à biomasse sont déjà opérationnels au niveau d’un certain nombre de hammams, et ont été évalué sur le plan énergétique avec succès » a expliqué Saïd Mouline, directeur général de l’AMEE. La mobilisation du  potentiel  en déchets  et sous produits organiques que  recèle notre pays  contribuera sans doute à réduire la pression sur le bois à énergie « Les grignons d’olives dont le Maroc recèle un grand potentiel , ainsi que d’autres résidus et déchets organiques, les écorces d’arganier, les coques d’amandes etc. constituent des solutions alternatives au bois de feu, présentant des opportunités sur les plans énergétiques et environnemental . Cela va à la préservation de nos écosystèmes forestiers tout en assurant  un approvisionnement durable en combustible du secteur des hammams avec des couts raisonnables » a ajouté le directeur de l’AMEE . A noter que actuellement de nombreuses entreprises commencent à se positionner sur le marché de la biomasse au Maroc (collecte, traitement, synthèse et  commercialisation des combustibles bios massique).

L’appel de Khadija Kadiri !

Khadija Kadiri, présidente de la « Coopérative  pour un hammam traditionnel et écologique »

Après avoir exposé son expérience réussie avec le hammam à chaudière améliorée, et l’utilisation de la biomasse en tant qu’énergie, Khadija Kadiri, présidente « Coopérative  pour hammam traditionnel et écologique » qui selon elle , a réalisé une économie  en bois par rapport aux chaudières traditionnelles qui dépasse les 50%, un rendement énergétique moyen de 69% contre 28 à 40%, une réduction importante en émission  CO2 dans les fumées rejetées .  Mais c’est son SOS adressé à l’ensemble des propriétaires des hammams  surtout  les traditionnels ,qui sont les plus grands consommateurs en  bois de feu, en  eau , et pollueurs de l’environnement qui a ému  la salle « Je demande à tous les propriétaires de hammams traditionnels de se convertir à la biomasse et à la chaudière améliorée ,ce système ne fera  perdre aucunement la popularité de nos hammams. C’est pour préserver ce patrimoine ancestral ,pour la préservation de nos forêts, pour notre environnement , nos enfants, pour aussi la santé des  « Fernachis », ces hommes qui s’occupent des chaudières que je lance cet appel, je ne vais pas baisser les bras et mon combat continuera » 

Durant cette journée de sensibilisation, quelques cas  de hammams  utilisant le système de chauffage à biomasse, bruleur, chaudière, présentant beaucoup d’avantage par rapport à la chaudière traditionnelle, en économie d’énergie, en gain financier, en CO2 évitées  ont été présentés au public 

Si cet atelier de sensibilisation  aux bonnes pratiques d’économie d’énergie dans les hammams publics (solutions alternatives et opportunités sur le plan énergétique et environnemental), reste à savoir  si tous les propriétaires et exploitants des hammams ont les moyens financiers  pour s’acquérir  ces nouvelles installations et cette technologie, ce qui apparemment n’est pas le cas pour un ensemble  présents à cette journée hammams durables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *