Une Colombienne reçoit la distinction Nansen 2020 du HCR pour les réfugiés

Une Colombienne reçoit la distinction Nansen 2020 du HCR pour les réfugiés

Mayerlín Vergara Pérez a reçu la distinction Nansen 2020 pour les réfugiés. Cette éducatrice s’occupe depuis plus de 20 ans de sauver des enfants victimes de l’exploitation sexuelle et de la traite des êtres humains, dont un grand nombre de réfugiés. La distinction Nansen de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés rend hommage à celles et ceux qui rendent des services exceptionnels aux personnes déracinées

Maye a voué sa vie à défendre les enfants. Coordinatrice régionale pour les Caraïbes de la Fondation Renacer, elle se consacre depuis plus de deux décennies à aider cette organisation à but non lucratif à atteindre son objectif d’éradiquer l’exploitation et les violences sexuelles infligées aux enfants et aux adolescents. Pour Filippo Grandi,Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés « Les personnes comme Maye représentent le meilleur en nous. Son courage et sa quête altruiste pour sauver et protéger certains des enfants les plus vulnérables au monde est tout simplement héroïque. Son dévouement sans faille a sauvé la vie de centaines d’enfants réfugiés et leur a redonné l’espoir d’un avenir meilleur » .

Avec une équipe d’employés dévoués, Maye œuvre sans relâche, souvent au prix de sa propre sécurité, pour sauver des jeunes, filles et garçons, victimes de l’exploitation sexuelle et de la traite des êtres humains. Elle parcourt à pied les rues de certaines communautés isolées situées dans le nord-est de la Colombie aux mains de trafiquants d’êtres humains et de passeurs.« L’exploitation sexuelle a un impact énorme sur les enfants, sur le plan affectif, psychologique, physique et social . Nous rencontrons des jeunes filles qui n’ont pas conscience que leur corps leur appartient. Leurs corps ont été tellement maltraités, tellement abusés, tellement exploités qu’elles se sentent détachées de ces corps, comme s’ils ne leur appartenaient pas » explique Maye.

Une Cérémonie virtuelle

Selon les estimations mondiales, des millions de personnes continuent d’être victimes de la traite des êtres humains chaque année. Les femmes et les jeunes filles représentent le plus grand nombre de victimes détectées. La pandémie de Covid-19 a eu des conséquences graves pour les personnes déracinées.

 La cérémonie de remise de la distinction se tiendra virtuellement le 5 octobre en raison des directives sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.Un collectif d’artistes ayant eu un parcours de réfugiés réaliseront une performance commune, notamment Aeham Ahmad, pianiste syro-palestinien surtout connu pour son livre Le pianiste de Yarmouk, JJ Bola, poète vivant au Royaume-Uni, ancien réfugié de la République démocratique du Congo, et María Guzmán et Cruz Miguel Soto Noguera, tous deux danseurs originaires du Venezuela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *