Deux écrivaines maghrébines honorées en Belgique

Deux écrivaines maghrébines honorées en Belgique

La Marocaine Fatema Mernissi et la Tunisienne Héla Ouardi, toutes les deux natives du sud de la Méditerranée sont honorées en Belgique. Une passerelle portera le nom Fatema Mernissi en hommage à la sociologue, à la militante et écrivaine féministe marocaine. Quant à Héla Ouardi, elle sera la première femme tunisienne à siéger à l’Académie royale de Belgique.

Le 4 septembre dernier ont été inaugurées deux passerelles reliant la commune de Molenbeek à la ville de Bruxelles. Les deux passerelles portent des noms de femmes inspirantes, Fatema Mernisi et Loredana Marchi, dont les noms ont été choisis lors d’un sondage auquel près de 5.000 personnes ont participé durant l’été. La passerelle, côté Porte de Ninove porte le nom de Fatema Mernissi, sociologue et écrivaine marocaine décédée en 2015 qui a consacré sa vie à la réflexion féministe et aux libertés des femmes maghrébines. « Ces deux femmes ont dédié leur temps à la suppression de barrières et à l’élargissement de l’horizon des femmes : tout un symbole pour ces nouvelles liaisons entre les deux communes », a  indiqué le bourgmestre de la ville.

Héla Ouardi

Héla Ourdi, la seule femme arabe!

Elle sera la première femme tunisienne à siéger à l’Académie royale Belge. Héla Ouardi vient en effet d’y être élue au sein de la Chaire des mondes francophones.Professeur des Universités, spécialiste en histoire, civilisation et littérature, Hela Ouardi enseigne à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de la Manouba. Auteure de nombreux ouvrages, son livre « Les derniers jours de Mohammad » (Albin Michel 2016) et sa série « Les Califes maudits » dont le tome 3 paraîtra ce 16 septembre à Paris (Albin Michel) rencontrent une large audience.La nouvelle académicienne, Hela Ouardi s’installera dès le 1er octobre à Bruxelles, pour au moins une année.

La « Venus noire » au Panthéon 

Le 30 novembre prochain, Joséphine Baker entrera au mausolée républicain réservé aux personnages ayant marqué l’histoire de la France. Une décision prise par le Président français pour honorer la mémoire de la chanteuse franco-américaine, icône des Années folles. La cérémonie fera de la célèbre chanteuse et meneuse de revue, née dans le Missouri en 1906, décédée en 1975 et enterrée à Monaco, la première femme noire à reposer dans la nécropole laïque, et  la sixième femme à y prendre place. Simone Veil ayant été la dernière femme à y faire son entrée en 2018.

Lire aussi : Un film sur Fatema Mernissi
Lire aussi :
Une Bibliothèque et une Chaire pour Fatema Mernissi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *