“Dounia” contre le mariage des fillettes

“Dounia” contre le mariage des fillettes

Dounia c’est le nom choisi par le collectif  de dix associations  pour l’interdiction du mariage des fillettes. A l’occasion du lancement officiel des actions du Collectif et dans le cadre des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre, le collectif a recommandé la suppression des articles 20, 21 et 22 du Code de la famille, interdisant  le mariage des mineurs de moins de 18 ans.

Présenté lors d’une conférence de presse organisée le 25 novembre à Rabat, dans un mémorandum revendicatif, le collectif souligne « La nécessité d’adopter une politique ou stratégie nationale globale pour éliminer le mariage des mineures au Maroc, qui englobe tous les secteurs concernés et faire de l’âge de 18 ans un acquis irréversible, avec la suppression des articles 20, 21 et 22 du Code de la famille qui permettent au juge de la famille en charge du mariage d’autoriser le mariage du garçon et de la fille qui n’ont pas l’âge légal fixé à 18 années grégoriennes révolues conformément à l’article 19 de la même loi”.

Le mémorandum met  l’accent sur l’importance de la contribution de l’Etat et de ses institutions à l’éducation de la société et toutes ses couches aux dangers qui peuvent résulter de la continuité du phénomène du mariage des mineures et ce, notamment par la gratuité de l’enseignement et de la formation professionnelle obligatoire jusqu’à l’âge de 18 ans, ce qui permettra aux enfants de continuer à progresser et à développer leurs compétences avec lesquelles ils feront face à leur avenir économique et social« Il s’agit, également, de mettre en place une nouvelle approche holistique qui prend en compte les aspects sociaux et économiques des familles dans diverses régions du Maroc, particulièrement dans les zones rurales et celles enclavées et aussi au sein des familles nécessiteuses et pauvres des zones urbaines ».

Défendre ces fillettes auprès des instances internationales 

La belle mission de ce noble «  Collectif Dounia » est s’engager dans la lutte contre le mariage des filles âgées de moins de 18 ans par la suppression des articles 20, 21 et 22 du code de la famille mais aussi l’harmonisation de la législation nationale avec la Convention internationale des droits de l’enfant « Nous nous laisserons désormais plus d’autres petites filles victimes de ces mariages forcés. En plus des campagnes de sensibilisations, du plaidoyer auprès de l’Etat , la sollicitation des partis politiques ,  la possibilité d’offrir de l’aide et le soutien, nous somme déterminés à combattre ce phénomène nuisible » plaide le collectif et d’ajouter « Le Maroc a ratifié plusieurs accords internationaux des droits des enfants , telle  la Convention Internationale relative aux droits de l’Enfant, sans parler des autres recommandations émises par les N.U exigeant toutes les nécessité de prendre les mesures législatives nécessaires pour empêcher le mariage des mineurs .Le collectif, saisira ces instances internationales  pour plaider la cause des ces fillettes qui doivent vivre dans de dignité, de liberté, d’égalité, et de justice dans le cadre des droits humains en général, et des droits de l’enfant en particulier ».

Le Collectif « Dounia pour l’interdiction du Mariage des Fillettes » compte dix associations de différentes régions du Royaume, œuvrant pour la protection de l’enfance et contre le mariage des mineures, à savoir “Droits et Justice”, “Aspirations féminines”, “Mains libres”, “Voix de la femme amazigh”, “Ennakhil”, “Tawaza pour le plaidoyer de la femme”, “Afoulki pour femme”, le Collectif civil pour la défense des droits des femmes et l’association “Tildat” et “les Citoyens”.

Lire aussi : Stop aux mariages des mineures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *