Le Prix de la Littérature arabe 2020 pour « Les Jango »

Le Prix de la Littérature arabe 2020 pour « Les Jango »

Le jury du prix de la Littérature arabe 2020 a récompensé l’écrivain soudanais Abdelaziz Baraka Sakin pour  « Les Jango » traduit de l’arabe par Xavier Luffi,  paru aux  éditions Zulma. Une mention spéciale est attribuée à l’écrivaine libanaise Dima Abdallah pour son roman « Mauvaises herbes ».

Après « Le Messie du Darfour » (Prix Littérature – Monde 2017), il revient avec Les « Jango », d’abord paru en 2009 au Soudan où il fût retiré de la vente et brûlé lors d’autodafés, puis en France en 2020.  Lauréat en 2009 du prix international Tayeb Salih à Khartoum, l’auteur vit en exil.  « Je pense que ce prix est arrivé juste au bon moment, puisque mon roman parle de tolérance religieuse, d’amour et d’humanité, alors que nous vivons maintenant dans un monde déchiré par de violentes luttes identitaires, traversant ce qui ressemble à un choc des civilisations. Le prix constitue aussi un soutien moral et matériel dans mon combat d’un exil à un autre », indique le lauréat.

Abdelaziz Baraka Sakin succède à l’égyptien Mohammed Abdelnabi qui avait reçu le Prix de la littérature arabe en 2019 pour son roman La Chambre de l’araignée (Actes Sud/Sindbad), traduit de l’arabe par Gilles Gauthier.

Lire aussi : Dima Abdellah primée pour « Mauvaises herbes »

Le jury de cette 8e édition, coprésidé par Pierre Leroy, cogérant de Lagardère SCA, et Alexandre Najjar, écrivain et responsable de L’Orient littéraire, et composé de personnalités du monde des arts et de la culture ainsi que de spécialistes du monde arabe  a salué « un roman surprenant de verve et de force politique où l’auteur mêle avec bonheur le fantastique et l’humour dans une intrigue très habilement construite ».

Lire aussi : Deux Marocains au Prix de la littérature arabe 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *