Abdelkhalek Belfquih, l’artiste au “Coeur blanc”

Abdelkhalek Belfquih, l’artiste au “Coeur blanc”

Abdelkhalek Belfquih, artiste maroco-français a quitté la France le 20 février 2020, en direction de son atelier au Maroc, afin de préparer son exposition en collaboration avec La Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger. Depuis le 17 mars, il ne bouge plus de sa résidence-atelier et continue à vivre cette expérience humaine, exceptionnelle et historique. 

L’exposition virtuelle « Cœur Blanc» est organisée du 21 mai au 20 juin  par la Fondation Hassan II pour  les MRE. Elle est d’abord virtuelle sur www.e-taqafa.ma avant de devenir réelle à l’Espace Rivages. 

Belfquih s’est engagé dans un processus de création qu’il nomme Callipainting. Son approche artistique suit un cheminement entre la calligraphie, la peinture et la poésie. Les créations de cet artiste ne se soumettent à aucun étalon préétabli à l’aune duquel on pourrait les évaluer. Car dans son cas, Il constitue un fait pictural en formes et en couleurs pour une intention bien définie : transmettre un message de Paix.

L’artiste globe-trotter et citoyen

Imprégné de ses voyages, au Sahara marocain, en Malaisie, en Indonésie, en Europe… il crée  suivant ses « convictions du droit à l’expression libre ». Sa démarche est multiple et sincère « Depuis tout jeune, la curiosité m’a conduit à marcher des dizaines de kilomètres en observant  la nature. Dans mon pays natal, le Maroc, j’ai pu effectuer de multiples séjours à travers toutes les villes et les douars, de Tanger à Dakhla.  J’ai dirigé bénévolement des ateliers de recherches picturales, sous les tentes, escorté par les Forces Armées Royales (FAR), au profit des jeunes, d’Errachidia, Ouarzazate, Tata, Agadir, Guelmime, Tan-tan, Tarfaya, Smara, Laayoune, Boujdour et Dakhla. Parfois même sous les tirs des mercenaires du Polisario. Avec les jeunes issus des provinces sahariennes marocaines, j’ai passé plus d’un an près de Laayoune sous les tentes, j’organisais des ateliers, au camp de l’union (Al Wahda), encadré par la Minurso. En traversant les mers et les océans, je suis resté ébahi par les cimes des hauteurs européennes, les lacs Suisses, les places des artistes et les théâtres français, à Java, le mont Karakatau et l’art du Wayang Kulit, le Passar Seni, le parfum du clou de girofle qui envahit l’espace public » indique l’artiste.

Ses oeuvres chez les collectionneurs dans le monde

Les œuvres de l’artiste sont notamment dans des collections privées : Laila Chahid ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union Européenne. Le grand poète syrien Adonis, France.  Le grand poète Irlandais Randolph Healy, Dublin, Irlande. Emile Shoufani Archimandrite de l’église Nazareth, Palestine occupée. Le PDG de Radio-Cologne, Allemagne. Le directeur du Centre Théâtral Pédagogique à Linguen, Allemagne.- Le Riyad Offenbach, Frankfort, Allemagne.- Le restaurant Marocain Amsterdam, Hollande. La famille ORR, Richmond, USA. La famille Dupupet, Thonon-les-Bains, France. Et Genève, Suisse. Christian Bourquin, Président du Conseil Général des Pyrénées Orientales, France.

Exposition ouverte le jeudi 21 mai 2020 à 21h.

Lire aussi : « Etendues » de Youssef Gharbaoui 
Lire aussi : Hamid Douieb expose « Figural » 
Lire aussi : Maria Kermadi expose son “Universum”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *