Ah, les jolies colonies…

Ah, les jolies colonies…

Beaucoup de parents hésitent à envoyer leur enfant en colonie de vacances. Ces structures sont pourtant une formidable école pour apprendre la socialisation, l’autonomie et l’esprit d’équipe.

 

Sévèrement jugées, les colonies de vacances ont mauvaise presse, chez nous. De nombreux parents pensent que leur enfant ne sera pas en sécurité, qu’il sera mal nourri ou mal encadré… Des idées qui ont la peau dure. Mais il faut savoir qu’au Maroc, il existe d’excellentes structures capables d’apporter à votre enfant toute l’attention dont vous rêvez. Si vous avez finalement trouvé votre bonheur, que vous êtes décidés à envoyer votre enfant dans un camp de vacances, il faudra procéder par étapes. Tout d’abord, l’enfant devra montrer son adhésion entière à l’idée. Il ne faudra jamais l’inscrire à son insu. Parlez avec lui de cette possibilité et surtout laissez-lui le temps d’y réfléchir. Mais si, au bout de compte, votre petit s’y refuse, ne le forcez pas. Optez alors, plutôt, pour les centres aérés. Votre enfant n’est peut-être pas encore prêt pour une séparation.

On passe les offres à la loupe

Un enfant peut partir en colonie de vacances, à partir de 5-6 ans. D’ailleurs, dans les écoles de la mission française, c’est vers cet âge-là que l’école les emmène en sortie, en classe verte ou à la montagne pendant une semaine. Inciter l’enfant à partir, dans le cadre d’une colo, peut l’aider à apprécier les séjours organisés par son école.
Pour une première fois, il faudra aussi ne pas dépasser une semaine. Mais si votre petit est un habitué des « colo », qu’il y trouve ses marques, n’hésitez pas à l’envoyer pour des durées plus longues.
Apportez aussi le plus grand  soin au choix de la colonie de vacances. Aujourd’hui, outre le ministère de la Jeunesse et du Sport, quelques associations organisent des camps de vacances au Maroc et à l’étranger. Thématiques, riches en activités, ces colo n’ont plus rien à avoir avec celles d’antan. Encadré par des professionnels de l’animation, ces colonies permettent à l’enfant de découvrir d’autres lieux, de s’amuser, de rencontrer d’autres enfants, d’apprendre l’autonomie ainsi que les valeurs de partage et de solidarité.
Au moment de l’inscription, informez-vous sur les conditions d’hébergement, d’encadrement et les activités organisées au cours du séjour.

Gérer la séparation

A quelques jours du départ, certains enfants montrent de l’appréhension tandis que d’autres sont impatients de partir. Dans le premier cas, Maux de ventre, perte d’appétit, troubles du sommeil sont les signes révélateurs. Les parents doivent décrypter les peurs de leur enfant. Il ne faut surtout pas l’encourager à renoncer rapidement au projet auquel il avait adhéré. Rassurez-le, discutez de ses peurs, insistez sur tous les bons moments qu’il pourra passer avec ses nouveaux camarades, sur les activités ludiques et les découvertes qu’il fera. La promesse d’un coup de fil, d’une lettre, que vous aurez pris soin de lui envoyer avant son départ, ou d’échanges de mail, atténuera la douleur de la séparation. Votre enfant pourra aussi vous téléphoner dès son arrivée. Sachez aussi que même s’il est très difficile pour vous de vous séparer de votre enfant, ce n’est qu’en le laissant partir que vous lui permettrez de grandir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *